De quoi s'agit-il ?
Pour résoudre nos problèmes . nous avons la technique et la main d'oeuvre.
Ce qui fait défaut, ce sont les moyens financiers.

Pourtant des milliards circulent par le monde mais ils sont créés à d'autres fins. Car chaque jour, il se crée et se détruit des masses considérables de monnaie au gré de l'offre et de la demande. Une compréhension suffisante de ces mécanismes paraît un préalable indispensable pour espérer en faire bénéficier la société.

Dans la pensée économique courante, la maîtrise de la monnaie, c'est à dire le contrôle de sa création et de sa destruction, est acquise. C'est le marché qui décide et, comme chacun sait, pour le plus grand bien de tous ! Ceux qui en doutent et cherchent à comprendre, constatent rapidement que les questions monétaires restent un domaine confidentiel, abandonné à quelques experts, souvent universitaires ou attachés au monde de la banque. Ou bien ils sont acquis à la pensée commune et décrivent le système en un langage très technique largement incompris ; ou bien ils ne se montrent que prudemment critiques, faute de quoi, ils perdraient vite toute audience. Politiques et économistes nous conduisent en cahotant mais rares sont ceux qui consentent à regarder sous le capot !

La monnaie est un phénomène social vieux de plusieurs millénaires. Il a beaucoup évolué et évoluera encore. Son efficacité ne peut pas être niée. Il s'inscrit dans l'évolution humaine et nous ne reviendrons pas en arrière. Il est devenu comme le sang de l'espèce humaine et en a acquis toute la complexité. Or on ne pratique pas spontanément une auto-analyse sanguine ; ce serait pourtant tout indiqué face à certains désordres physiologiques.

L'expérience prouve que le sujet est difficile. Quelques textes simples ont été présentés ici depuis février 2005. Ils ont été mis dans la rubrique « Archives » à laquelle le lecteur pourra se reporter. On a conservé les textes plus fondamentaux comme « Qui bloque et débloque les milliards qui nous manquent ? » .et récemment «  L'argent peut-il cesser d'avoir le dernier mot  ? » . Le premier détaille l'essentiel du fonctionnement du système monétaire d'endettement dans lequel nous sommes. Ce fonctionnement étant supposé connu, le second texte propose une vision différente de la monnaie susceptible de mener à une économie, non plus d'endettement , mais de reconnaissance.

Ces deux  textes    « Qui bloque et débloque les milliards qui nous manquent ? »  (34 pages) et   «  L'argent peut-il cesser d'avoir le dernier mot » ( 14 pages), ainsi que d'autres écrits  poursuivants ces analyses, ont été rassemblés dans  un  DOSSIER  depuis lequel ils sont téléchargeables au format .pdf, sans couleur de fond , pour en faciliter l'impression.  Merci de patienter pendant le temps de chargement parfois assez long.

Ces écrits l'ont été pour vulgariser la connaissance des mécanismes monétaires de base actuels. Ils constituent un appel à des changements majeurs parfois proposés mais qui devraient être élaborés démocratiquement. Plusieurs sites font différentes propositions à cet égard. La possibilité de me contacter est prévue pour qui souhaiterait commenter, rectifier, contester ou préciser. Le contenu de ces pages n'engage que moi-même (*). Elles ont néanmoins, à l'origine, été rédigées dans un contexte associatif (Chômage et monnaie ).

       Dossier des documents au format .pdf     

       Retour à l'accueil